L’impact du sourire sur les performances.

                  Des chercheurs ont étudié l’impact du sourire sur les performances des coureurs.

Cela peut paraître un peu fou mais il semblerait que sourire améliore les performances en course à pied.

Souvenez-vous, en mai dernier, lors du projet Breaking2, Eliud Kipchoge affichait un immense sourire alors même qu’il était en train de réaliser un effort quasi surhumain. Alors que les commentateurs de l’événement se demandaient si Kipchoge prenait réellement plaisir en courant, un journaliste du magazine Wired a révélé plus tard que son sourire était une stratégie. Le but ? Se relaxer pour mieux affronter la douleur grandissante.

Noel Brick et ses collègues à l’université d’Ulster se sont penchés plus précisément sur le cas, dans une étude publiée dans le journal Psychology of Sport and Exercise. Ils ont observé 24 coureurs sur une série de 4 courses de 6 minutes pour mesurer leur économie de course (un indicateur de performance basé sur la consommation d’oxygène à une allure donnée). Dans le même temps, ces 24 coureurs avaient pour ordre de sourire, de « faire la tête », de relâcher leurs mains et le haut du corps, mais aussi de se concentrer sur leurs pensées habituelles.

Les résultats semblent prouver l’influence bénéfique que peut avoir le fait de sourire en courant ! L’économie de course des personnes observées était meilleure de 2% lorsqu’ils souriaient comme indiqué sur la courbe ci-dessous. Dans le même temps, les résultats n’étaient pas beaucoup plus mauvais lorsque les coureurs faisaient la tête, mais leur perception de l’effort était bien plus élevée.

L’efficacité du sourire pourraît également dépendre de l’authenticité du sourire. Le sourire de Duchenne, tel qu’il est nommé en psychologie, est considéré comme authentique car au-delà du mouvement de la bouche, les yeux sont pétillants et les joues s’élèvent. C’est tout le visage qui exprime ainsi le sourire, et non seulement les lèvres.

Plus facile à dire qu’à tenir pendant 6 minutes en plein effort non ? Nous sommes bien d’accord ! Là encore, l’exemple d’Eliud Kipchoge s’avère utile. Lors du marathon de Berlin en septembre, Kipchoge a commencé à sourire une ou deux fois par kilomètre, pendant environ 30 secondes, durant les derniers kilomètres de la course. Cette solution alternative semble plus réalisable, mais rien ne prouve qu’elle est efficace pour l’instant.

Il semble encore difficile de valdier totalement cette hypothèse, mais l’idée de pouvoir améliorer son économie de course en souriant simplement reste malgré tout remarquable. Dans tous les cas, sourire nous permet d’être plus relaxé émotionnellement parlant, et donc de réduire notre tension musculaire, afin de courir plus efficacement.

Dans tous les cas, vous n’avez rien à perdre en essayant, mais plutôt tout à y gagner. Pour vous aider dans cette tâche, n’hésitez pas à embaucher vos proches pour vous faire sourire lors de votre prochaine course !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>